Scoliose ou attitude scoliotique

SCOLIOSE VRAIE :

Elle débute le plus souvent au cours de l’enfance ou de l’adolescence. Elle est 5 à 6 fois plus fréquente chez les filles que chez les garçons.

C’est une triple déformation évolutive de la colonne vertébrale :

 

-une déviation sur un côté (incurvation latérale),

-une rotation des vertèbres autour de l’axe vertical (torsion),

-une flexion vers l’avant (incurvation frontale).

 

Elle est souvent accompagnée d’une déformation du thorax et/ou de l’abdomen.

La scoliose peut toucher toute la colonne vertébrale ou une seule zone (scoliose segmentaire) : dorsale, lombaire et plus rarement cervicale. La bosse ou gibbosité est d’origine costale ou parfois due à une omoplate qui rebique.

Il existe différentes causes spécifiques de la scoliose : trouble neurologique, maladie, tumeur, paralysie ou faiblesse musculaire, malformation (maladie de Scheuermann). On parle alors de scoliose secondaire. Mais, 70% des scolioses sont dites "idiopathiques", c’est-à-dire sans qu’aucune cause spécifique n’ait été trouvée.

Une scoliose vraie associe toujours une incurvation frontale à une rotation des vertèbres .C’est ce qui la différencie de l’attitude scoliotique.

 

 

ATTITUDE SCOLIOTIQUE:

Il s’agit d’une flexion latérale de la colonne vertébrale, sans torsion, ni déformation asymétrique du tronc. Elle est le plus souvent sans gravité et peut être, par exemple, due à une différence de longueur des membres inférieurs.

Cependant, d'autres causes sont à rechercher: malformation, infection, tumeur, paralysie...

Contrairement aux personnes atteintes de scoliose vraie, celles atteintes d’une attitude scoliotique peuvent se redresser à la demande. C’est le manque de force et d’endurance musculaire et la raideur musculaire qui empêchent le maintien de la posture corrigée.


 

L’EXAMEN NATUREL

L'examen d'un sujet suspect de scoliose se fera sur un sujet en sous-vêtements. Il faut tout d'abord veiller à ce que le bassin soit bien équilibré. En effet, s'il y a inégalité de longueur des membres inférieurs, le bassin sera déséquilibré et cela peut avoir un retentissement sur la colonne (ce qu'on appelle : "une attitude scoliotique”). On vérifiera l'équilibre du dos, la position des omoplates, les plis de taille. On fera ensuite pencher le sujet en avant pour rechercher ce que l'on appelle une "gibbosité”.

 

Une gibbosité : associée à la déviation frontale, elle définit la scoliose. En se penchant en avant, certaines régions du tronc apparaîtront plus hautes que le reste, formant une bosse. Cette gibbosité témoigne de la rotation des vertèbres et de la "tranche" de corps qui s'y rapporte : s'il n'y a pas de gibbosité il n'y a pas de scoliose.

- Les scolioses thoraciques se traduiront notamment par une impression d'épaule plus haute que l'autre.

- Les scolioses lombaires donneront une impression de bassin déséquilibré

 

 

LES DIFFERENTES SCOLIOSES

Dorsale lombaire parfois associées

Son origine est probablement multifactorielle, associant :

-des facteurs génétiques

- des troubles du métabolisme du collagène et des protéoglycanes

- des facteurs hormonaux et des facteurs de croissance

- des facteurs neurologiques centraux en particulier du système proprioceptif et de l'équilibration

- enfin de facteurs biomécaniques

- Pour l’ostéopathie en rapport avec des dysfonctions intra osseuses des os du crâne

 

 

APPROCHE OSTEOPATHIQUE

Etiologies ostéopathiques des scolioses idiopathiques descendantes:

-A la naissance, contrainte sur le mécanisme crânien lors d’une présentation céphalique avec occiput postérieur (présentation OS = occiput sacré)

-Contrainte du crâne à la naissance dans un engagement du crâne asynclite (le diamètre de la tête doit correspondre au diamètre du bassin de la mère, dans ce cas on parle d’engagement synclite) associé à un diamètre ant-post de la mère trop étroit

-Présentation par le siège

-Césarienne

-Stress du rachis dorso-lombaire avec un angle lombo-sacré de la mère trop ou vert (+ de 34° : promontoire trop en avant)

 

 

Etiologies ostéopathiques des scolioses idiopathiques montantes:

-Décalage du bassin dans le sens latéral

-Différence de longueur de jambe (anatomique, de par la naissance ou traumatique)

-Traumatisme sur le bassin à la naissance avec présentation par le siège

 

 

SIGNES AMENANT A CONSULTER

-des douleurs du dos,

- une anomalie morphologique constatée par l'entourage

- la présence d’antécédents familiaux.

 

 

EVOLUTION

Les scolioses évoluent en 3 phases :

- Une phase d’évolution lente durant l’enfance.

- Une phase d’évolution rapide, lors de la poussée de croissance pubertaire.

- Une phase de stabilisation quand la croissance est terminée.

 

C’est à la fin de la croissance que l’on considère l’arrêt de l’évolutivité d’une scoliose. La fin de la croissance est déterminée en appréciant la maturation osseuse de l’enfant (méthode de Risser), et par une radio du rachis.

Chez l'enfant de 6 ans à la puberté :

- qu'une scoliose inférieure à 20° à 80 % de chances de ne pas s'aggraver,

- qu'entre 20 et 30° de courbure, 55 % des cas resteront entre 10 et 55°

 

 

TRAITEMENT

-Le traitement peut se résumer en une simple surveillance si la scoliose est peu importante ou si l'on est près de la fin de la croissance.

-Si la scoliose est déjà assez nette ou si elle risque d'évoluer, le traitement est décidé (rééducation kinésithérapie) au début.

Il faut savoir que la kinésithérapie ne peut pas guérir une scoliose mais qu'elle reste incontournable pour garder le dos souple, équilibré au mieux, avec des muscles efficaces et peu rétractés.

-Si malgré ceci la scoliose évolue et que le sujet est encore loin de la maturité osseuse, un corset pourra se trouver discuté. En général ces corsets devront être portés jusqu'à maturation rachidienne quasi complète. Ils devront être régulièrement vérifiés voire changés selon la croissance.

-Enfin dans les cas graves, (heureusement assez rares maintenant, du moins en ce qui concerne les scolioses idiopathiques), on devra recourir à un traitement chirurgical (en général pour des scolioses d'angle supérieur à 45-50°). Le plus souvent, on implante des tiges à la partie postérieure des vertèbres, parfois on met des tiges ou une plaque à la partie antérieure.

 

Scoliose : Après traitement, la pratique modérée de certains sports (volley-ball) est fortement recommandée. La natation y compris compétitive est envisageable, mais plus tardivement et sous surveillance.

 

Attitude scoliotique : Après suppression de la cause, on conseillera de préférence des activités sportives sollicitant le corps de façon symétrique : natation, musculation (tirage nuque, tirage bas) et des étirements visant à redresser et "ouvrir" la cage thoracique (pull-over).

Comment me joindre

Actualités

Retrouvez dès à présent, sur notre page facebook, toute l'actualité du cabinet.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© copyright 2014- Osteopathe Cannes la bocca et Fréjus. Tous droits réservés.